Valium Order Online
hosting menu left
hosting menu right

Buy Diazepam Rectal Tubes

 

L’été

 

 

de Romain Weingarten

Dans un univers d’enfants rappelant celui d’ «Alice aux pays des merveilles», une petite fille, son frère et deux chats échangent leurs impression sur le monde.
Tous les éléments de décor et les accessoires du jardin dans lequel ils évoluent sont surdimensionés, comme s’il étaient vu à travers le regard des enfants sur le monde des adultes.
La table reprend la forme du ventilateur au plafond, comme les trous des fleurs, et du parasol au lointain qui s’ouvre et se referme au rythme de l’intrusion des enfants dans la maison.
Le mur du lointain se termine par un toboggan, la table se transforme en tourniquet, l’arbre est comme un trapèze, le ballon ramené de la fête foraine est géant.
Ce monde d’enfants et de chats est fantastique sous des dehors réaliste.

 

MISE EN SCÈNE : STÉPHANIE CHÉVARA


CDN - Nouveau Théâtre d’Angers ( Avril 99)

Liliom

 

de Ferenc Molnär


Prés d’une foire, dans une ambiance qui tourne constamment, une histoire d’amour prend corps.
Ce spectacle, crée dans les années 1920 en Autriche, fut un important succès que s’approprièrent les expressionnistes allemands.
Fritz Lang en fit à son tour un film en 1934.

La fête foraine, l’extérieur, un intérieur pauvre des pays de l’Est au début du siècle que l’on retrouve 20 ans plus tard, un rail de train à proximité d’une usine, les portes du paradis et l’au-delà sont autant de lieu évoqués dans ce spectacle.

 

MISE EN SCÈNE : STÉPHANIE CHÉVARA


Création Abbaye aux Dames - Saintes ( Avril 97) - Théâtre en Mai - Dijon (Mai 97)
Tournée de novembre 97 à mai 98

Textes sans sépultures

 

Textes anonymes de patients de l’hôpital Sainte-Anne à Paris en 1870-1930.

Les patients de l’hôpital Sainte-Anne décrivent leurs angoisses.
Ce qu’il y a de plus frappant, c’est, à chaque fois, cette volonté qui transparaît de structurer leur préoccupation, avec une logique qui nous échappe la plupart du temps.
En s’inspirant de l’échafaudage d’un tableau de Mondrian, un mur s’éventre de plus en plus: faisant d’abord croire à une rue sombre et rigide, une façade s’ouvre laissant apparaître portes, fenêtres, box de chevaux, etc..., pour finir étalée sur scène en évoquant un intérieur avec table, chaises, tiroirs, placards, etc...

 

MISE EN SCÈNE : FRÉDÉRIC ANDRAU


Création Le Revest - Marseille . (Février 94)

Ce spectacle a été lauréat du «coup de pouce» de la presse du Festival Off - Avignon 94 et a représenté la ville de Marseille à la Biennale des jeunes artistes à Lisbonne en Octobre 94.

Tournée pendant la saison 96/97.

 

Petit précis de franchises à l’usage des amants incertains


d’après Marivaux

Dans un parc, des êtres se jouent plus ou moins de l’amour.
Au-dessus, les dieux observent tout ça et cherchent à les manipuler.
Quatre pièces en un acte de Marivaux sont associées pour dépeindre cela.
Dés le prologue, le Dieu de l’Amour va se cacher dans les arbres et celui qui goûtera à ses fruits sera pris d’un amour pur et sincère; tandis que le Dieu Vérité va se cacher au fond d’un puits et qui boira de son eau sera obligé de dire la vérité. Partant de ces deux thèmes, la végétation et l’eau sont les fils conducteurs de la pièce. Ils évoluent au fur et à mesure de la pièce.
La priorité étaient de créer une unité de lieux pour joindre tous ces personnages, mais de signifier clairement la manière qu’ont les dieux de s’approprier l’espace. Les bambous teints de la première partie deviennent des plumes géantes qui flottent au vent après l’entracte.
Les costumes marquent le début du XVIIIe siècle au début pour accélérer le temps en montrant des personnages beaucoup plus exubérants à la fin de la première partie. Les dieux sont habillés dans des costumes beaucoup plus contemporains et dont leur principale caractéristique est l’ampleur et la souplesse accentuées par le vent.

 

MISE EN SCÈNE : JACQUES CHAUVIN

 


Théâtre du Gymnase - Marseille (Février 2000)
Tournée de mars à mai 2000

 

L’abominable femme des neiges

 

“L’abominable femme des neiges”, création en 1999 au Théâtre de Lenche, à Marseille, fait découvrir au public français  l’humour surréel de l’auteur sud-américain Juan Rodolfo Wilcock.

Le projet reçoit le soutien de la Ville de Marseille, du Conseil Général des Bouches du Rhône et de l’ADAMI.

 

MISE EN SCÉNE : ELISABETTA SBIROLI
SCÉNOGRAPHIE : NATACHA CYRULNIK
COMPAGNIE LALAGE


Théâtre de Lenche - Marseille (Nov.. 99)

 


La compagnie des Embruns 06 82 134 724website hosting main area bottom